Kiloutou, des engins et des hommes

Rien ne semble arrêter le loueur français, Kiloutou, ambitieux et fidèle à ses valeurs. L’entreprise place l’homme et la passion de son métier au centre de tout ce qu’elle fait. Et ça marche, puisqu’elle est portée par le vent de l’économie de la fonctionnalité, et surtout par une vision de long terme très claire – et partagée – de son devenir.

Jan-Luc Ambre DAF, directeur administratif et financier de Kiloutou
Jan-Luc Ambre, directeur administratif et financier de Kiloutou. © Franck Dunouau
Temps de Lecture : 4 minutes

En 1980, Franky Mulliez lançait Kiloutou et ouvrait trois agences de location d’outils, dans le nord de la France, à Lille, Marcq-en-Barœul et Roubaix, un petit catalogue de 700 produits à l’appui. 38 ans plus tard, la petite entreprise nordiste est devenue un groupe européen, avec un réseau de 500 agences, dont 60 à l’étranger, pour un chiffres d’affaires 2017 de 600 millions d’euros, 5 000 « équipiers » – le terme de la maison pour désigner ses salariés – et un parc matériel valorisé à un milliard d’euros.

Aussi éclairants soient-ils, les chiffres ne sont qu’une photographie du chemin parcouru par l’entreprise. Pour en arriver là, Kiloutou a déployé de l’énergie, de l’exigence, à travers d’abord une vision, à moyen-long terme, de son devenir. Elle se décline dans une stratégie et dans des plans d’actions très concrets, qui reposent sur une logique d’amélioration continue, tant au service du client que de sa performance interne. Et puis il y a cet état d’esprit, cette culture Kiloutou devenue un marqueur d’identité singulier. La légende voudrait que « les équipiers ont le sang jaune », plaisante Jan-Luc Ambre, directeur administratif et financier de l’entreprise. Quel est donc ce « modèle Kiloutou » de la croissance ?

Trois LBO et la conquête droit devant

On a posé la question à Jan-Luc Ambre, qui a rejoint Kiloutou en 2003. Quinze ans qu’il affirme n’avoir pas vu passer. Depuis sa fenêtre de directeur administratif et financier de l’entreprise, l’homme relate d’abord les chiffres et revient sur les grandes phases de développement, LBO par LBO. « Sur la période 2004-2008, nous nous sommes développés par croissance organique, en ouvrant des agences sur le territoire français. En 2011, avec notre deuxième LBO, on a démarré une phase de croissance externe, en France puis à l’étranger avec des acquisitions en Pologne en 2013, puis en Espagne, en Allemagne et en Italie, entre 2015 et 2017. Et nous avons démarré 2018 avec un nouveau LBO, qui voit entrer de nouveaux actionnaires (HLD et la famille Dentressangle), avec lesquels nous allons poursuivre notre croissance à l’international. »

Les objectifs stratégiques sont affichés : consolider la position de Kiloutou en France et viser le développement en Europe, voire au-delà.

Jan-Luc Ambre y ajoute un autre élément, fondamental : « une réussite, ça se bâtit aussi tous les jours dans les agences. On se doit donc d’apporter au réseau les moyens de répondre aux demandes des clients, des moyens d’être performants ». Pour cela, Kiloutou cherche à améliorer au quotidien ses performances, en s’appuyant sur une forte écoute client.

Parler et penser pro au pays du BTP

La dernière campagne de communication de Kiloutou illustre d’ailleurs tout l’intérêt que l’entreprise porte à ce que disent et vivent ses principaux clients, les professionnels – 95 % de son chiffre d’affaires.

campagne communication Kiloutou "Parlons pro"
La nouvelle campagne de communication du loueur s’appuie sur des termes « métiers », propre à sa clientèle principale, les professionnels du btp. Une illustration d’une communication ciblée réussie.

« Parlons pro », n’est pas qu’un simple slogan pour la marque.  L’entreprise est allée au bout de son intention, puisque elle s’est appuyée sur une démarche structurée de questionnement de ses clients, pour identifier leurs attentes et leurs irritants. Il en est ressorti une série de chantiers tests lancés en parallèle les uns des autres, dans une sorte de mouvement d’innovation permanente.

Par exemple, Kiloutou teste un système de cadenas numérique, qui permettrait à une entreprise déjà connue du loueur de pouvoir retirer un matériel à tout moment de la journée, grâce à une simple application smartphone – un peu à la façon des voitures en libre-service. Kiloutou s’est aussi intéressé au maquettage numérique dans le secteur du bâtiment (le BIM, pour Building information modeling) et a construit une solution qui recourt à la réalité augmentée, pour projeter les engins sur les chantiers et aider les « pros » à choisir la nacelle ou le chariot élévateur le plus approprié à leurs besoins. Le but : gagner en sécurité et en productivité pour le client, et faire la différence pour Kiloutou.

Comme chez Kiloutou, Log’S est une entreprise qui s’appuie sur les besoins de ses clients et qui donne toute sa place à l’homme pour innover et grandir. Découvrez son portrait!

Chantiers internes

A cette écoute s’ajoute un travail de transformation des pratiques métiers et des savoir-faire internes à l’entreprise. Là encore, cette stratégie passe par de multiples chantiers parallèles, de plus ou moins grande envergure : maintenance préventive, électronique embarquée, sécurité des équipes internes, les sujets ne manquent pas.

Enfin, le dernier chantier de transformation interne consiste à bien accompagner la bascule d’une entreprise franco-française à un groupe international, ce qui implique des changements de mentalité et de façon de travailler.

Des équipes embarquées

Pour ce dernier chantier, Kiloutou compte sur un atout majeur : l’entreprise sait embarquer ses équipiers. La fierté d’appartenance est au fondement de la culture Kiloutou. Et ce ne sont pas les 1 200 salariés qui ont participé au dernier LBO qui diront le contraire.

A l’origine de cette culture d’entreprise très marquée, il y a bien sûr cet actionnariat salarié. Mais  y contribue aussi un management fondé sur la confiance, la promotion interne, la formation continue…

« Ici, on peut entrer en alternance et finir directeur d’exploitation », explique Jan-Luc Ambre. S’y  ajoute un dernier ingrédient : la valorisation d’un métier en renouvellement constant, dans un contexte d’économie de la fonctionnalité et d’attention au développement durable, plutôt favorable aux métiers de la location.

Voilà donc une entreprise qui marie des politiques RH et RSE fortes à un mouvement de transformation permanente pour répondre aux défis de son métier : autant d’éléments socle de sa croissance.

Découvrez d’autres histoires d’entreprises qui se réinventent en permanence et innovent, dans notre rubrique « se réinventer ».