Florimond Desprez, graines d’indépendance

Le semencier nordiste défend son modèle d’entreprise indépendante en misant sur l’innovation, la croissance externe et la diversification de ses activités.

Portrait de François Desprez, dirigeant de Florimond Desprez avec Bruno Desprez, posant devant l'une des serres du semencier
Ingénieur agronome de formation et titulaire du MBA HEC, François Desprez dirige l’entreprise avec son cousin Bruno.
Temps de Lecture : 2 minutes

Dernier de son espèce. Florimond Desprez est le seul groupe familial et indépendant du top 15 mondial des semenciers. Une performance quand le secteur se concentre, marqué par les fusions entre ses géants, telles que celle de Bayer-Monsanto. Pour François Desprez, 5e génération à la tête de l’entreprise avec son cousin Bruno, le cap est clair : « conserver notre indépendance, tout en continuant de nous développer ». Depuis le début des années 2000, le groupe a démultiplié son chiffre d’affaires qui atteint 312 millions d’euros consolidé en 2018. Le secret : « un équilibre entre la persévérance dans l’effort de recherche et la prise de risques ». Le tout dans un contexte de défis planétaires, source d’opportunités : l’impérieux besoin de nourrir 9 milliards d’humains en 2050, et l’exigence de réussir la transition agroécologique.

Innover ou mourir

Effort de recherche, le mot est juste. Florimond Desprez investit environ 15 % de son chiffre d’affaires annuel en R&D – chiffre dont sont plus coutumières les industries biotechnologiques ou pharmaceutiques. L’investissement se justifie quand il faut sept ans pour créer une nouvelle variété végétale. Face à la concurrence, aux avancées scientifiques et technologiques, il faut innover ou mourir. Marquage moléculaire, séquençage, génotypage, bio-informatique sont au rang des outils et techniques mobilisées dans les laboratoires de Cappelle-en-Pévèle, où siège l’entreprise. « Le monde attend beaucoup de l’amélioration des plantes, pour relever les défis alimentaire, du changement climatique et de la transition agroécologique. Ces techniques sont nécessaires pour y répondre », relève François Desprez.

De l’audace et des pommes de terre

Florimond Desprez concentre ses outils sur des espèces agricoles précises, pour proposer des produits qualitatifs et compétitifs. Le semencier nordiste est leader mondial sur la semence de betterave à sucre et l’un des premiers obtenteurs européens de céréales à paille. Depuis cinq ans, avec l’acquisition de Germicopa, l’entreprise s’est aussi diversifiée dans les plants de pommes de terre. Le rachat du breton SPB en 2017 poursuit la conquête de ce marché.

C’est là la part de prise de risques. Des paris calculés, en déploiement à l’international et en croissance externe. Le rachat en 2005 du belge SES VanderHave a marqué un tournant stratégique pour le groupe. Avec humilité, l’une des valeurs de l’entreprise, François Desprez estime avoir « eu la chance que cette prise de risque se traduise par de la croissance et du développement ». L’audace porte ses fruits. Solide financièrement, riche de son expertise et alerte face aux défis de son temps, Florimond Desprez devrait sans doute continuer de voir la chance lui sourire.


En chiffres

  • 189 ans, c’est l’âge de l’entreprise, née en 1830
  • Un effectif de 1 089 salariés dont 35 % se consacrent à l’innovation
  • 10 filiales directes à l’étranger, une présence dans 65 pays et 61 % du chiffre d’affaires réalisé à l’international