Sortie de crise : ces 4 leviers de reprise que les entrepreneurs doivent activer maintenant

Temps de Lecture : 3 minutes

Au sein des entreprises et près d’un mois après les premières mesures de déconfinement, l’heure n’est plus à la gestion de crise, mais à la gestion de la reprise. Passé le cap immédiat des protocoles sanitaires et des nouvelles règles de travail, vient le temps de s’armer solidement de plusieurs scénarios de redémarrage. Sur le plan financier et sur celui des risques, voici plusieurs actions que chefs d’entreprise et directeurs financiers peuvent mettre en oeuvre.

Dresser des scénarios d’activités… et calculer

Alors que la crise sanitaire a conduit nombre d’entreprises à d’abord gérer l’immédiat, il importe aujourd’hui de se donner les moyens d’envisager la reprise de l’activité sur plusieurs temporalités : court, moyen et long termes. 

Pour cela, une démarche efficace consiste à élaborer des scénarios différents en tenant compte  :

  • des objectifs stratégiques de l’entreprise ;
  • de ses moyens humains, et financiers ;
  • de l’état actuel de son activité, de ses performances ;
  • de la reprise éventuelle, ou non, des marchés à l’étranger.  

Dans ces scénarios, on mesurera :

  • les conséquences de la reprise sur les charges ;
  • les conséquences de la reprise sur le besoin en fond de roulement.

La gestion de la trésorerie doit impérativement faire l’objet d’une grande attention. Si les mesures gouvernementales amortissent dans un premier temps les effets du ralentissement ou de l’arrêt de l’activité, et celui des retards de paiement et des impayés pendant la crise, l’effet cumulatif pourrait se faire sentir sur les trésorerie à partir d’octobre 2020, selon les experts. 

Des projections financières claires, à trois, six mois, une revue hebdomadaire de la trésorerie s’imposent comme des outils de pilotage indispensables. A noter : les scénarios d’activités devront être revus à un rythme régulier.

Bien communiquer avec ses partenaires

Dans ce contexte, la transparence doit s’ériger, avec la rigueur, au rang des premières règles dans les échanges avec ses partenaires commerciaux et financiers. 

Pour objectiver les démarches, pour rassurer et pour garder la confiance, une bonne idée est de partager un tableau de bord de gestion qui soit clair et régulièrement mis à jour. Il peut reprendre les objectifs de l’entreprise, des indicateurs clés de performance et d’alertes ou encore pour permettre à chacun de réagir au plus vite à toute évolution, positive ou négative, de la situation de l’entreprise.

Sécurité informatique, engagement des salariés… gérer les risques post-crise

On y pense un peu moins quand les efforts se concentrent sur la relance de l’activité, mais la crise a pu aussi faire émerger d’autres risques qu’il sera important de traiter à court terme. Qu’en est-il, par exemple, de la sécurité informatique de l’entreprise après le passage au télétravail ? Des mesures spécifiques ont-elles été prises pour la garantir ? Si ce n’est pas le cas, il faudra se pencher sur la question. 

De même, il sera fondamental de prendre en compte l’impact de la crise sur les RH et leur gestion. Une étude menée par Welcome to the Jungle pointe les effets suivants :

  • la responsabilité accrue de l’employeur (jusqu’au risque de plaintes des salariés auquel certaines entreprises se sont déjà vues exposées)
  • un accroissement des risques psychosociaux
  • un engagement des salariés “en berne”.

Parmi les pistes d’action pour une gestion RH efficace pour tous : communication régulière, transparence et reconnaissance du travail accompli…

Pérenniser (ou pas) les nouvelles idées

Enfin, à l’image de ces nombreux restaurateurs qui ont développé la vente à emporter en à peine quelques semaines, le contexte exceptionnel a fait émerger chez beaucoup d’entreprises de nouvelles idées, de nouveaux processus, des façons de vendre ou de se fournir un peu différentes, voire complètement novatrices. L’heure est désormais à tirer les leçons de ces innovations à marche forcée, d’où pourraient peut-être bien émerger des pépites pour l’avenir. Quelles démarches pérenniser ? Comment ? Là se trouve peut-être les bonnes idées pour relancer la machine et penser de nouveaux en termes d’investissement, de projets… bref, d’entreprise.