Saveurs en’Or, au service de la compétitivité de l’agro-alimentaire made in « Hauts-de-France »

Salon des tendances alimentaires, le Salon international de l’alimentation (SIAL) qui s’achève à Paris ce 25 octobre 2018, est aussi l’occasion de mettre en avant les marques régionales. A l’heure des locavores, ces marques ont de plus en plus d’attraits pour les entreprises comme pour les consommateurs. Démonstration avec Saveurs en’Or.

Temps de Lecture : 3 minutes

Les gaufres Bourdon, la charcuterie Vasseur, les produits de la mer de Simon Dutriaux, les endives Perles du Nord ou les bières Page 24… autant de produits qui étaient à déguster au SIAL, sur le stand de la marque régionale Saveurs en’Or. « Nos 316 entreprises adhérentes sont très hétérogènes, des TPE aux entreprises tournées vers l’international, explique Caroline Leclercq, chargée de développement pour Saveurs en’Or. Pour les plus petites entreprises, l’adhésion à la marque leur donne notamment l’opportunité de s’afficher, tous les deux ans, au SIAL, en présentant leurs produits sur un stand auquel elles n’auraient pas eu accès seules. ». Et pour quelques-uns des 200 000 visiteurs attendus sur le salon, la présence de cette marque dans l’espace « Hauts-de-France » est l’occasion de découvrir des produits de la région.

Favoriser les circuits-courts

Stand saveurs en or sur le SIAL
Saveurs en’Or était présente sur le SIAL (crédit photo : Saveurs en’Or)

Créée en 2004 par la Chambre d’agriculture du Nord-Pas-de-Calais et Jean-Marie Raoult, ancien producteur laitier qui terminait son mandat à l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA), la marque visait dès l’origine à rassembler consommateurs et agriculteurs. « A la suite de crises comme celles de la vache folle (1996) ou celle de la grippe aviaire (2004), nous mesurions à la Chambre l’accroissement des difficultés des mondes agricole et agroalimentaire à se rendre crédibles auprès des citoyens, explique Jean-Marie Raoult. Dans ce contexte, Saveurs en’Or a été pensé comme un trait d’union entre les agriculteurs et les consommateurs, notamment ceux désireux d’entrer dans la logique des circuits-courts. »

Une marque qui bénéficie du dynamisme de sa région

Depuis, la marque régionale n’a cessé de prendre de l’ampleur : elle qui engrangeait en 2011 quelque 210 entreprises adhérentes et plus de 750 produits agréés, recense, en cette fin d’année 2018, plus de 310 entreprises adhérentes et plus d’un millier de produits. « Saveurs en’Or a rapidement bénéficié des atouts de sa région d’origine : une agriculture dynamique et un bassin de consommation conséquent, les 4 millions d’habitants du Nord-Pas-de-Calais », synthétise Jean-Marie Raoult, qui a fait le choix, pour relayer la marque, d’attirer dans son réseau les enseignes de la grande distribution.

Saveur en Or en chiffres (2018)

  • 1095 produits agréés
  • 330 adhérents
  • Plus de 10 000 emplois dans le Nord Pas de Calais

Critères d’adhésion à Saveurs en’Or :

  • Avoir un site de production ou de transformation dans la région
  • Utiliser des ingrédients issus de la région, quand ils existent en qualité et quantité suffisantes. Les produits transformés doivent être composés d’un minimum de 50% de leur poids (en dehors de l’eau) de matières premières issues de la région
  • Valider un audit de contrôle annuel réalisé par un organisme de contrôle indépendant (Afnor ou Avicert) qui vérifie le respect du cahier des charges, la traçabilité et l’hygiène
  • Réaliser un test hédonique –visant à mesurer le plaisir éprouvé au contact du produit –, mené par Adrianor, avec un jury de consommateurs formés (test à l’agrément puis de manière inopinée).

D’abord réservée aux produits du Nord-Pas de Calais, la marque a été étendue aux entreprises et produits des Hauts-de-France.

Devenu largement visible par son affichage en grandes surfaces ou sur les camions des entreprises adhérentes, cette marque n’en reste pas moins exigeante : les entreprises adhérentes doivent justifier d’un site de production ou de transformation dans les Hauts-de-France ; les produits transformés doivent être composés, pour au moins 50 % de leurs poids (eau non compris), de matières premières du terroir ; un organisme indépendant contrôle chaque année le respect du cahier des charges tandis que les produits-candidats sont soumis à des tests hédoniques (c’est-à-dire des tests consommateurs, visant à évaluer leur plaisir ou leur satisfaction par rapport au goût et à l’aspect du produit).

Ce cahier des charges respecté, le calcul du prix d’adhésion à la marque est fonction des effectifs de l’entreprise et du nombre de produits à valoriser, ce qui permet d’attirer des organisations agricoles et agroalimentaires de différentes envergures, des Eaux de Saint-Amand – quatrième rang national des producteurs d’eau minérale et 110 millions de bouteilles d’eau produites chaque année – à Potdevin-Caron, entreprise familiale spécialiste de la culture et de la transformation de l’ail et figurant parmi les lauréats du prix SIAL Innovation.

A l’ouverture du SIAL 2018, Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture, faisait valoir que le salon démontrait « une manière plus responsable de consommer ». C’est bien tout l’objectif de Saveurs en’Or, cette marque régionale parmi les pionnières en France et désormais bien établie, en témoignent les chiffres…


De l’ail noir du Nord : une innovation récompensée lors du SIAL

Ce 22 octobre 2018, le grand prix SIAL Innovation 2018 de la catégorie « Restauration » a été remis à Potdevin-Caron, pour son ail noir. Une entreprise familiale, du Nord, adhérente à Saveurs en’Or.

Les grands prix SIAL Innovation récompensent des produits alimentaires, équipements et services aux idées innovantes et prometteuses. 18 innovations ont été récompensées parmi les 2 355 dossiers sélectionnés, dont, dans la catégorie restauration, l’ail noir de la société Potdevin-Caron, une entreprise familiale de Cuincy (59), au cœur du Douaisis. Le produit avait déjà été primé en septembre 2018, lors de Food Creativ, le concours de l’innovation agroalimentaire des Hauts-de-France.

Le secret de la gousse d’ail noire de Potdevin-Caron ? Un ail rose régional ressorti d’une cuisson de deux à trois semaines à basse température avec une splendide couleur ébène et un goût umami (l’une des cinq saveurs de base aux côtés du salé, du sucré, de l’acide et de l’amer). En bref, une saveur en or !