Quelles perspectives pour la croissance française en 2019 ?

La publication « France scénario 2018-2019 », des Etudes économiques du Crédit Agricole, dresse un état des lieux de la croissance de l’économie française au premier semestre 2018 et entame une réflexion quant aux perspectives économiques et financières du second semestre 2018 et de l’année 2019 à venir.

croissance : des flèches qui tirent vers le haut pour illustrer l'idée de croissance
Photo : Jungwoo Hong / Unsplash
Temps de Lecture : 2 minutes

En 2017, la croissance française atteignait 2,3 % de PIB annuel, une réussite portée par un investissement des entreprises, de la création d’emplois, un investissement des ménages et une contribution positive du commerce extérieur. Or, cette progression a perdu en dynamique au premier semestre 2018. En cause : les aléas climatiques, un effet des grèves et du calendrier de mise en place des mesures fiscales. Néanmoins, d’après l’étude, la croissance devrait rebondir au second semestre 2018 pour atteindre 1,6 % en moyenne sur l’année. Le pouvoir d’achat des ménages devrait connaître une accélération grâce à la baisse des cotisations sociales pour les salariés et l’exonération de la taxe d’habitation (pour 80 % des ménages) et l’investissement des entreprises devrait rester solide.

Une croissance qui reste robuste

Quid de 2019 ? Les auteurs de l’étude estiment que la croissance devrait se stabiliser à 1,7 %, portée par le dynamisme de l’investissement des entreprises. L’amélioration des marges et des profits des entreprises, combinée à une hausse du taux d’utilisation des capacités de production favorisent cette tendance. La montée en charge des mesures de soutien au revenu des ménages devrait aussi permettre à la France une légère croissance malgré la désindexation de certaines prestations sociales (retraites, allocations familiales) ou encore la rationalisation des aides au logement (APL). Le pouvoir d’achat serait également en hausse, à la faveur des baisses d’impôts (réforme de l’ISF, baisse de la taxe d’habitation et nouveaux allégements de cotisations). Quant au chômage, il devrait atteindre 8,7 % en moyenne en 2018 et 8,4 % en 2019, après 9,1 % en 2017.

Des risques extérieurs à surveiller

Cependant, l’étude pointe de potentiels des risques extérieurs auxquels la France devra porter attention : déficit public persistant, chômage qui peine à se réduire, le durcissement de la guerre commerciale avec les Etats-Unis, la faiblesse de l’économie italienne qui pourrait faire émerger une crise dans la zone euro. Au final, malgré des perspectives de croissance revues un peu à la baisse, la croissance française devrait demeurer solide, au dessus du potentiel actuel.

Consulter « France, scénario 2018-2019 », sous la direction de Ludovic Martin et Olivier Eluère.