François Lavallée, les CCI ont toujours un rôle à jouer en Hauts-de-France

Quel regard portent ceux qui font l’économie du Nord et du Pas-de-Calais sur le territoire ? Qu’est-ce qu’entreprendre aujourd’hui et quels défis pour les entrepreneurs ? Entreprises by CA Nord de France a posé ces questions à quelques têtes de réseaux.

Temps de Lecture : 3 minutes

Après Alexis Courtines, nous avons rencontré François Lavallée, pour aborder les transitions économiques du territoire des Hauts-de-France. Président de la CCI Littoral Hauts-de-France et Vice-Président de la CCI de Région Hauts-de-France, François Lavallée rappelle l’importance des CCI dans l’accompagnement des entreprises régionales, sur un territoire en mutation. Entre Brexit et Troisième révolution industrielle, il revient sur les opportunités et les défis du moment.

François Lavallée, comment se porte l’économie des Hauts-de-France aujourd’hui ?

François Lavallée : Globalement, les indicateurs sont plutôt bons. La région renoue avec une tendance porteuse, grâce à une demande interne favorable, un bon environnement international, et aussi une forte implication et une réelle attention des décideurs politiques régionaux.

On sait que les chambres de commerce et d’industrie ont de moins en moins de ressources. Quel rôle pour les chambres de commerce et d’industrie aujourd’hui, dans ce contexte particulier pour elles ?

FL : Depuis quelques années, nous avons adopté un nouveau modèle d’organisation en mutualisant les fonctions supports en Région. Ce mode d’action s’appuie sur le socle des CCI locales.  Ceci étant, le rôle des CCI est d’accompagner et de former les entreprises. Premier rôle : nous sommes résolument des accompagnateurs d’entreprises, de leur création, en passant par leur développement, leur gestion RH… Nous agissons sur le spectre de toutes les problématiques que peuvent rencontrer les PME/TPE.

Deuxième rôle : nous sommes les deuxièmes formateurs de la région, avec bien entendu les CFA mais aussi les écoles de commerces, les écoles de management.

Notre troisième rôle est celui de gestionnaire de grands équipements. Il est fondamental, car les CCI défendent d’abord l’intérêt général dans leur gestion des ports régionaux. Nous sommes aussi des gestionnaires de zones d’activités, et par extension des aménageurs du territoire.

Enfin, nous avons un rôle de « lobbyiste », puisque nous sommes des représentants du monde de l’entreprise dans quasiment toutes les institutions où nous parlons d’économie. Nous sommes des lanceurs d’alerte, et nous défendons les intérêts économiques de notre territoire. Par exemple, le 10 juillet dernier, la CCI, la CUD et l’ADEME ont organisé la première réunion nationale « CO2 et Industrie » à Dunkerque. Cet événement a permis de défendre le point de vue des entreprises sur le quota carbone, qui, selon nous, risque de pénaliser notre industrie au profit de ses concurrents étrangers non taxés et beaucoup moins attentifs à l’environnement. C’est un vrai rôle pour les CCI d’être attentif aux conséquences des décisions gouvernementales sur nos territoires. Nous sommes d’abord les représentants apolitiques des entreprises, et nous avons le devoir d’attirer l’attention sur leurs problématiques.

Quels sont les autres enjeux d’intérêts régionaux pour vous ?

FL : Nous appuyons depuis longtemps le projet de Canal Seine Nord Europe. Nous attirons l’attention sur le fait que les grands ports maritimes des Hauts-de-France seront ceux du littoral de notre Région c’est-à-dire ceux de Boulogne-Calais et Dunkerque. Un enjeu fort, c’est le contexte du Brexit. Étant donnée sa frontière avec la Grande-Bretagne, notre région est la première région de France concernée par le Brexit. Même s’il est repoussé au 31 octobre, il peut avoir un impact considérable sur toutes les filières. Dans nos échanges avec le Royaume-Uni, nous importons pour 2 milliards d‘euros de marchandises, et nous exportons pour 4 milliards d’euros. Au-delà de la problématique des frontières, le risque est de faire face à une évolution de la concurrence. En fait, aujourd’hui, il y a une grande incertitude concernant les conséquences du Brexit. Y aura-t-il des taxes douanières, nos pêcheurs pourront-ils continuer à pêcher en Grande-Bretagne, y aura-t-il des taxes automobiles, etc… A ce jour, personne ne le sait. Nous nous devons d’être aux côtés de nos entreprises à chaque fois que des décisions relatives à la sortie de la Grande-Bretagne de l’Europe seront prises. Si elle a lieu… le Brexit sera de toute manière facteur de menace mais aussi une opportunité pour notre Région. Les CCI y sont attentives et accompagneront les entreprises quoi qu’il arrive.

Quels sont les autres défis à relever aujourd’hui ?

FL : Je mentionnerais le grand défi de la troisième révolution industrielle, que nous portons avec la Région, pour accompagner nos entreprises face à l’accélération des changements qui viennent : raréfaction des ressources, changement climatique, robotique, big data, intelligence artificielle… Nous avons lancé les accélérateurs REV3, pour aider au développement de jeunes entreprises sur ces sujets. Cependant, nous devons également accompagner les grandes entreprises, les PME, et les entreprises sous-traitantes, en allant à leur rencontre pour les aider à préparer le futur et ceci en fonction de leurs attentes, quand elles en auront besoin.

Enfin, l’international reste aussi un défi : il faut aider nos entreprises à exporter davantage; par exemple par l’accompagnement des primo-exportateurs.

En tant qu’entrepreneur pourquoi est-ce important de s’engager dans l’économie d’un territoire ?

FL: C’est avant tout une passion mais aussi parce que je pense que s’engager pour notre territoire c’est aider à impacter le futur. En tant que chef d’entreprise, pour que mon entreprise perdure il faut qu’elle ait un environnement qui lui soit favorable. Nous avons tous intérêt à ce que l’économie et les entreprises se portent bien sur le territoire. C’est pour cela que les CCI ont été créées, pour apporter une vision économique au développement du territoire.

Pour vous, une entreprise qui réussit qu’est-ce que c’est ?

FL : C’est une entreprise qui se développe dans le temps et surtout, qui prépare son avenir !