Ciel et Terre : solaire flottant, courant porteur

Temps de Lecture : 2 minutes

La société nordiste Ciel et Terre, pionnière des panneaux solaires flottants, entame 2020 à la tête d’une levée de fonds pour mener à bien une stratégie de développement axée innovation.

Ils sont les inventeurs du panneau solaire flottant, une technologie baptisée Hydrelio, née en 2011. A l’époque, elle n’avait aucun équivalent fonctionnel dans le monde. En quelques années, Ciel et Terre a créé un marché qui n’existait pas et développé plus de 300 projets dans une trentaine de pays pour une puissance installée de 350 Mw. Aujourd’hui, la quasi-totalité des centrales solaires flottantes existantes sont équipées de son système. Des résultats que Ciel et Terre peut regarder avec fierté.

Mais à l’heure où la compétition s’éveille, où le marché croît, l’entreprise ne saurait se reposer sur ses acquis. C’est donc par une levée de fonds auprès de BPI France, du fonds CAP3RI et du fonds privé Noria, qu’elle a attaqué 2020. Sereine. Et conquérante. Alexis Gaveau, son co-fondateur et PDG résume : “Avec cette levée de fonds, on se dote de moyens d’agir sur un marché qui accélère et de poursuivre la structuration de l’entreprise”.

Des atouts bien ancrés

Hydrelio, c’est le bon produit au bon moment pour Ciel et Terre. Ses co-fondateurs, Bernard Prouvost, alors spécialiste de l’éolien, et Alexis Gaveau ont le déclic du flottant alors qu’ils cherchent des espaces libres où installer des panneaux photovoltaïques.

Sur un marché du solaire transformé par la baisse des coûts de production, le produit a des atouts : pas de conflit d’usage avec les terres agricoles, pas d’impacts sur les espaces naturels, pas de concurrence avec le développement urbain. “On utilise des surfaces artificielles, argumente Alexis Gaveau, des bassins hydroélectriques par exemple, où notre solution est complémentaire aux installations de production d’énergie en place, des bassins d’irrigation, de pisciculture ou des bassins de carrière”. En France, par exemple, 47 000 panneaux photovoltaïques ont été installés à l’automne 2019 sur 17 ha, dans le lac artificiel de Piolenc (Vaucluse), pour alimenter 4 700 foyers.

Performante, compétitive, écologique même, la solution intéresse des entreprises privées, des industries, comme des institutions publiques, et des fournisseurs d’énergie, partout dans le monde.

Panneaux solaires flottants. Province de Anhui, en Chine.
Panneaux solaires flottants. Province de Anhui, en Chine.

Innovation au fil de l’eau

Pour rester performante, Ciel et Terre investit 7 % de son chiffre d’affaires dans la R&D. L’un des enjeux : continuer de garantir la fiabilité des produits tout en les rendant plus compétitifs – y compris dans l’objectif de concurrencer le solaire au sol, aujourd’hui moins coûteux à produire.

Surtout, Ciel et Terre veut rester leader sur son marché, partout dans le monde, et tant qu’à faire, créer une nouvelle innovation de rupture. D’ici cinq ans, la société prévoit de décupler sa puissance installée en solaire flottant et de doubler son nombre de salariés (110 personnes en 2020). Elle a en main une technologie désormais mâture pour proposer une alternative solaire solide dans l’univers en mutation des énergies renouvelables.


Dates clés

  • 2006 : création de la société Ciel et Terre, installée à Sainghin-en-Mélantois. La société est alors spécialisée dans les panneaux photovoltaïques en toiture et au sol
  • 2011 : la solution hydrelio est testée pour la première fois
  • 2013 : Ciel et Terre se spécialise uniquement dans le solaire flottant. La société décroche des marchés au Japon
  • 2015-2020 : Ciel et Terre se déploie à l’international : Chine, Royaume-Uni, Thaïlande, Afrique du Sud, Brésil, etc.
  • 2020 : Levée de fonds auprès de CAP3RI, BPI France et Noria.