STAPHYT MET L’INNOVATION ORGANISATIONNELLE AU SERVICE DE SES AMBITIONS

Leader européen des essais phytosanitaires, Staphyt, née à Inchy-en-Artois, est une entreprise définitivement tournée vers l’international : après la reprise d’une société australienne en 2016, elle poursuit son développement sur le continent américain avec neuf partenariats signés en 2017.

Temps de Lecture : 3 minutes

Pour Catherine Boisleux, directrice de communication et cofondatrice de l’entreprise avec son mari Jacques, PDG : « Staphyt arrive vraiment à un tournant ». Alors que Jacques Boisleux s’apprête à transmettre les rênes de l’entreprise, elle explique : « le développement assez fulgurant de ces dernières années nous a amenés à une profonde réorganisation de la société ».

UNE CROISSANCE À DEUX CHIFFRES

De fait, elle est progressivement devenue le leader européen des tests et essais de produits phytosanitaires, d’engrais et de semences. En 10 ans l’entreprise a vu son nombre de salariés presque quadrupler, passant d’une centaine de personnes en 2008 à plus de 420 aujourd’hui.

C’est notamment sa stratégie de conquête à l’étranger, lancée en 2009 par des acquisitions en Allemagne, en Pologne et au Royaume-Uni, qui porte cette remarquable croissance. La stratégie est désormais bien rodée : à l’écoute des signaux faibles de son marché, et des besoins de ses clients, Staphyt noue localement des partenariats, avant de racheter les entreprises selon les opportunités.

La société d’Inchy-en-Artois est aujourd’hui présente dans une quinzaine de pays d’Europe, en Australie et Nouvelle Zélande depuis 2016, en Russie depuis 2017 et compte neuf partenariats du nord au sud du continent américain depuis l’été 2017. Au total, ce sont 38 pays que Staphyt couvre, soit directement, soit grâce à ses partenaires. L’entreprise affichait un chiffre d’affaires de 38 millions d’euros en 2016, et projette une croissance de 15 à 20 % en 2018.

L’INNOVATION ORGANISATIONNELLE AU SERVICE DE SES AMBITIONS

Dans ce contexte, impossible pour Staphyt de maintenir une structure pyramidale traditionnelle, trop lourde et incompatible avec ses ambitions. 2017 a donc été l’année de la réorganisation. Pour conserver son esprit familial et continuer son développement, l’entreprise a misé sur l’innovation organisationnelle.

Elle s’appuie désormais sur un système plus transversal de neuf Business Units (BU) réparties par zone géographique et par marché. « On se dote des moyens et d’une organisation qui ressemblent peut-être plus à ceux d’un grand groupe pour pouvoir aller plus loin. On l’a fait aussi pour déléguer davantage, donner de l’autonomie à chacun et responsabiliser les équipes », résume Olivier Marchioro, directeur général de Staphyt.

Une forme de reconnaissance, aussi, du travail accompli par les collaborateurs de l’entreprise : « Les salariés doivent sentir qu’ils font partie d’une équipe », estime-t-il, « si on en est là, c’est grâce à cette équipe, qui prend désormais le relais ».

A LA CONQUÊTE DU MONDE

Les BU, pensées comme « des mini-entreprises au sein du groupe », auront fort à faire car Staphyt entend poursuivre sa stratégie de développement géographique : s’ouvrir à d’autres opportunités en Russie, continuer à se développer sur le continent américain, voire en Afrique… Staphyt veut aussi renforcer ses activités de conseils réglementaires en Europe et en Australie. Le tout en restant toujours à l’écoute de ses clients : « Nos moteurs », insiste Catherine Boisleux. Staphyt est désormais bien armée pour les suivre aux quatre coins du monde.

STAPHYT EN DATES CLÉS

1989 : création de l’entreprise à Inchy-en-Artois (Pas-de-Calais), par Jacques et Catherine Boisleux
Années 1990-2000 : Staphyt se développe en France, avec la reprise de plusieurs sociétés et l’extension de ses marchés
2009 : reprise de sociétés en Allemagne, Pologne et Angleterre
2010 : création de stations en Belgique et République Tchèque
2013 : reprise d’une société en Espagne et implantation en Roumanie et Ukraine
2015 : reprise de plusieurs sociétés en Italie, Hongrie, Autriche, Roumanie et France
2016 : reprise de sociétés en Autriche et République Tchèque et implantation en Australie
2017 : l’entreprise s’implante en Bulgarie, en Grèce et en Russie et développe neuf partenariats sur le continent américain.