BEUSSENT-LACHELLE : CHOCOLAT GRAND CRU MADE IN HAUTS-DE-FRANCE

Sur 50 hectares, en Equateur, la Chocolaterie Beussent-Lachelle récolte ses propres fèves de cacao : le Nacional d'Equateur, une fève haut de gamme aux notes de jasmin et de fleur d’oranger. A l’image de son chocolat, l’entreprise née en 1985 à Beussent, près du Touquet, joue la carte de l’authenticité pour se développer. Rencontre avec Marcello Di Giacomo, gérant de la chocolaterie.

Temps de Lecture : 2 minutes

Marcello Di Giacomo, vous avez repris la chocolaterie Beussent-Lachelle en 2013 avec Fabrice Boucher votre associé, quelles sont les particularités de l’entreprise ?

Nous avons la particularité d’être présents de l’amont à l’aval de la chaine de production et de commercialisation du chocolat. En amont, nous sommes récoltants de nos fèves au cœur de la forêt amazonienne en Equateur sur notre plantation de plus de 50 hectares plantés ; d’où notre appellation « Propriétaires récoltant ». Nous disposons ensuite de nos propres ateliers de production à Beussent dans le Pas-de-Calais et à Lachelle, près de Compiègne. Et en aval, nous avons notre propre réseau de distribution, à travers 24 points de ventes et un franchisé.

Notre vocation est de produire un chocolat haut de gamme à partir de matières premières nobles de grande qualité : fève Nacional d’Equateur, noisettes du Piémont, pistache d’Iran… Le tout travaillé par une vingtaine de chocolatiers qui ont développé depuis plus de 30 ans un authentique savoir-faire artisanal.

Pourquoi produire vos propres fèves de cacao ? Vous êtes l’une des rares chocolateries en France à être à la fois producteur et récoltant.

D’abord pour parfaire le cycle de production du chocolat et aller jusqu’au bout de notre passion et ensuite pour disposer d’une qualité de fève constante pour notre chocolat de couverture. Notre exploitation sur place joue aussi un rôle de coopérative auprès de récoltants locaux et fait vivre près d’une centaine de familles que nous rémunérons au-dessus du prix du marché. L’entreprise a donc aussi un rôle et une dimension économique et sociale locale très importants pour nous, en accord avec la philosophie de l’entreprise.

Quels sont vos leviers de développement et de croissance principaux ?

Nous voulons conserver une approche artisanale du métier, pour continuer de produire des chocolats de haute qualité. D’ailleurs, tous nos magasins sont livrés chaque semaine, avec des chocolats frais, tout juste issus des ateliers. Nous misons sur une croissance organique maîtrisée en France. Nous examinons les opportunités de développement à l’étranger sur certains marchés ciblés. Enfin, nous profitons des opportunités qu’offre la franchise.

Comment renouveler l’entreprise et les produits dans un secteur aussi traditionnel que celui du chocolat ?

Les produits traditionnels sont très porteurs dans le chocolat, nous avons donc une base de produits permanents, nos « classiques », qui sont des incontournables comme nos spécialités pralinées à base de noisettes, d’amandes, nos ganaches noires amères, ou les ganaches plus fruitées ou épicées. Ces produits sont déclinées sous différentes formes : bonbons; bouchées ou bûches chocolatées.

En parallèle, nous avons une offre événementielle, qui s’adapte au fil des saisons (Saint-Valentin, Pâques, Noël, Automne etc.). En fait, nous préparons en permanence de nouveaux produits. Se renouveler, c’est surprendre l’amateur de chocolat, c’est lui faire goûter, apprécier, différencier des chocolats aux saveurs insolites. Les connaisseurs mais aussi les amateurs gourmets sont friands de ces découvertes.

Beussent-Lachelle en chiffres

  • plus de 100 tonnes de chocolats produits par an
  • une cinquantaine de salariés dont 20 chocolatiers expérimentés et juniors, l’entreprise ayant à cœur d’assurer la relève
  • un chiffre d’affaires de plus de 6,5 millions d’euros par an.